Le Stress-Test des Banques: 3 Françaises dans le Rouge

Cher lecteur,

Je fais suite à mon article concernant une faillite très probable des banques à un horizon assez court. Il vous a sûrement frappé, car les journalistes ne prennent même plus « la peine » d’en parler, tant leur état critique est devenu normal.

Je complète avec une dernière donnée importante (et vous allez comprendre pourquoi) :

Nous avons les résultats du dernier stress test” orchestré au niveau européen par la BCE sur nos grandes banques françaises.[1]

Que nous révèlent-ils ? La rassurante BCE a-t-elle vu quelque chose qui cloche ?

La réponse est OUI !

Stress Tests: La BCE inquiète des risques

Notez-bien : ces tests sont critiqués depuis des années comme étant trop lâches, pas assez exigeants dans le cas d’une vraie crise…[2]

Malgré cette légèreté, leurs conclusions font froid dans le dos.

  • 11 grandes banques européennes ne survivraient pas 2 mois en cas de crise (!)
  • BNP Paribas, Société Générale et La Banque Postale sont totalement en zone rouge. Elles n’ont pas assez de fonds propres.
  • Comparativement ce sont le Crédit Mutuel, BPCE, et Crédit Agricole qui sont aujourd’hui les groupes les plus sûrs. On sait qu’ils détiennent assez de fonds propres… mais on ne sait pas de quelle ampleur sera la prochaine crise 
  • Au global les impacts seraient « plus sévères » sur les «banques universelles, d’importance systémique mondialecar elles dépendent habituellement de sources de financement moins stables ».

Vu que ces grands groupes détiennent la majorité des banques françaises, la vôtre en fait sûrement partie…

Donc si votre banque est énorme, elle vous fait croire qu’elle est solide, alors qu’elle est très risquée en étant bien plus exposée.

Vous comprenez mieux à quoi servent les campagnes de pub de nos grandes banques :  étouffer une insécurité massive.

Le stress-test remarque enfin plusieurs risques forts qui sont partagés par les banques françaises :

  • « Excessivement dépendantes du bon fonctionnement du marché des swaps de change » (produits dérivés qui posent un risque de contrepartie, pas du tout rassurant après la crise des subprimes de 2008)
  • Elles « sous-estiment parfois l’incidence négative sur la liquidité que pourrait avoir un abaissement de la notation de crédit.»

Autant dire que si les marchés prennent trop peur, les grandes banques se feront coincer.

Tout ces résultats avaient été compilés… AVANT le Corona-Krach, fin 2019.

On imagine combien le niveau de pression a encore monté depuis. Lorraine Quoirez, analyste à la banque UBS, l’a dit début mai en ces termes à l’Agence France Presse : « Il va y avoir de la casse, mais on ne sait pas exactement quand ».

D’où l’absence totale de communication de nos institutions sur le sujet, qui devrait vous inciter encore plus à agir pour vous sécuriser.


SOURCES:  
(1) https://www.ieif.fr/revue_de_presse/a-peine-devoiles-les-stress-tests-bancaires-provoquent-le-debat
(2) https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/stress-tests-la-bce-inquiete-des-risques-de-liquidites-des-banques-de-la-zone-euro-830025.html

Sources

Laissez un commentaire